Les saints de glace, (c’était ce week-end)

Les saints de glace Mamert, Pancrace et Servais, doivent leur surnom au bon sens populaire, qui observait des gelées tardives le jour de leurs fêtes, les 11, 12 et 13 mai.
Dans le calendrier actuel, ils ont été détrônés par Estelle, Achille et Rolande, car en 1960, l’Église catholique a supprimé les saints auxquels on vouait un culte de type païen.
Reste qu’agriculteurs et viticulteurs ont longtemps continué à implorer les saints de glace lors de processions. Aujourd’hui encore, les jardiniers ne plantent jamais pendant ces trois jours s’il y a risque de gel.

L’histoire

Il faut remonter jusqu’en 500 ans après Jésus-Christ pour retrouver les premières traces de ces croyances liées aux saints de glace. À cette époque, les gens priaient saint Mamert pour qu’il protège les cultures et les plantations. N’obtenant pas toujours gain de cause, ils constatèrent que le temps se dégradait, cette baisse des températures intervenant toujours à la même période et pouvant aller jusqu’au gel. Initialement, ce furent saint Mamert (archevêque de Vienne), saint Pancracesaint Servais et saint Urbain les premiers saints de glace.
Les scientifiques ont évidemment une toute autre interprétation et considèrent, grâce à des observations astronomiques, que la Terre arrive, à cette période de l’année, dans un espace où les poussières stellaires seraient plus importantes.

Ce contenu a été publié dans Documents techniques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.