Convention

Nous venons de signer une convention de partenariat avec la CDC Biodiversité  (Caisse des Dépots et Consignation Biodiversité).

Cette convention porte sur le projet de verger conservatoire en entrée du parc du bois d’Avaize à Saint Étienne. Elle est un élément du projet Nature 2050 de Saint Étienne, porté par la CDC Biodiversité, Saint Étienne Métropole et la ville de Saint Étienne.
Nature 2050 est né de la volonté des associations, des scientifiques, des entreprises et des collectivités d’agir concrètement afin que les futures générations puissent vivre dans un environnement préservé, malgré les changements climatiques qui s’annoncent.
Ce programme, conçu par CDC Biodiversité, est l’un des premiers à appliquer les recommandations de la COP 21 (Accord de Paris sur le climat). Il met en œuvre des actions basées sur la nature, aux résultats quantifiables, qui ont comme objectif l’adaptation des territoires au changement climatique et la restauration de leur biodiversité.

11 projets ont, pour l instant, été sélectionnés par la CDCB au niveau national, dont celui du bois d’Avaize à Saint Étienne. Les projets sont très variés et remplissent divers objectifs comme la restauration de zones humides, la création de continuités écologiques, la transition des espaces forestiers et agricoles, l’amélioration de la biodiversité en ville….
Le projet stéphanois : Renforcement de la biodiversité du bois d’Avaize et sa connexion au massif du Pilat.

Un ancien site minier reconquis par la végétation

Le parc du Bois d’Avaize, d’une superficie de 30 ha, est situé au sud-est de Saint-Étienne sur un site collinaire entre 540 et 640 m d’altitude. Cet ancien site minier, exploité du XVe siècle jusqu’en 1931, a été progressivement reconquis par la végétation avant d’être aménagé en parc municipal en 1996.
En février 2016, un diagnostic écologique a été réalisé par la ville de Saint-Étienne assorti de recommandations de gestion.

  • 3 axes d’action 

Au regard de ces éléments et des attentes de la ville de Saint-Étienne, les actions entreprises s’articuleront autour de trois axes :

Pour la biodiversité :
– Diversifier les milieux pour renforcer l’attractivité écologique du site
– Reconnecter le parc au massif du Pilat

Pour le climat :
– Augmenter le potentiel de captation de carbone
– Adapter le bois d’Avaize au changement climatique
– Créer un verger conservatoire favorable à la biodiversité

Pour le territoire :
– Sensibiliser le grand public à l’environnement et à la biodiversité
– Renforcer l’intégration de la nature dans la ville

Actions et Moyens prévus :

  •            Création d’un verger conservatoire
    L’objectif est de présenter au public qui fréquente le parc, une autre façon de cultiver permettant le développement de la biodiversité et qui pourrait être plus résilient face au changement climatique. Les actions menées s’inspireront des méthodes de permaculture pour restaurer cette plantation de robiniers en verger conservatoire. Ce verger permettra de conserver des variétés anciennes et de suivre leur évolution face au changement climatique.
  •            Augmentation des milieux favorables aux amphibiens
    La création d’un réseau de mares forestières permettra le développement et la reproduction de nombreuses espèces floristiques et faunistiques (dont les Amphibiens).
  •           Amélioration de la connexion du parc avec le massif du Pilat
    Le parc du Bois d’Avaize est isolé au nord par la ville de Saint-Étienne et au sud par la RN88, ce qui limite les déplacements de la faune, terrestre tout au moins. Au sud du parc, un ouvrage permet de franchir la RN88. À sa suite, un corridor plus ou moins continu permet une connexion au massif du Pilat. La végétalisation de cet ouvrage et de ses abords, à travers par exemple la création d’une bande enherbée sur l’un des trottoirs, favoriserait sa fréquentation par la faune la nuit et permettrait de reconnecter cette entité au massif du Pilat.

Pour connaitre les autres projets de ce programme Nature 2050 et pour avoir plus de détail sur celui du Bois d’avaize,  cliquez sur le lien  http://www.nature2050.com/ 

Concrètement nous conseillons, avec ce partenariat, la CDCB sur l’emplacement des arbres fruitiers et sur les variétés à planter. La plantation sera réalisée en fin d’automne par la ville de Saint Etienne. Ensuite,  nous assurerons un suivi visuel de l’évolution du verger et alerterons en cas d’apparition de maladie ou prédateurs. Ce partenariat est suivi chez nous par Bernard Boyer.

L’espace initial, avant travaux :

   

Coupe partielle de robiniers, en février :

 

Piquetage pour proposition des fruitiers (environ 25 arbres) :

 

Du broyat a été épandu, en mai, par les services de la ville de St-Etienne :

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.