Verger de La Grand Croix

Travaux dans le nouveau verger de la peronnière

Vous étiez une dizaine jour de la Saint valentin (certainement des amoureux des arbres) pour continuer les travaux sur le nouveau verger. Merci aux volontaires.
Quelques arbres ont été plantés, ils ont tous été tuteurés, du broyas a été déposé au pied et un filet de protection contre les rongeurs a été posé (il y a surtout des lapins sur ce terrain).




Creusement de la mare dans le verger de la Péronnière  

La convention tripartite (Saint Etienne Métropole, Mairie de la Grand’Croix  et les Croqueurs) avait été signée le 25 Octobre. La FRAPNA (FNE  France Nature Environnement depuis le 1er Janvier) est chargée de la mise en œuvre et les premiers travaux ont débuté avec le creusement de notre mare, cette semaine (il restera à construire une barrière de protection sur trois cotés)Cette mare rentre  dans le cadre du contrat Vert et Bleu de St-Etienne Métropole, leur objectif est de créer un réseau de mares et de bocage support des continuités écologiques. Pour nous, croqueurs, c’est l’opportunité d’améliorer la biodiversité sur le verger et d’utiliser le surplus d’eau pour arroser les jeunes plans

Lien vers le site de SEM pour en savoir plus sur le contrat vert et bleu avec plusieurs vidéos https://www.saint-etienne-metropole.fr/developpement-durable/biodiversite/agir-en-faveur-de-la-biodiversite
Avec ce  lien vous avez également des information sur le projet Nature 2050, dans le cadre duquel nous avons un autre partenariat avec la ville de St Etienne, au bois d’Avaize.
On évoque beaucoup en ce moment la disparition d’un nombre important d’insectes, d’oiseaux (on évoque la perte de 80% de la masse d’insectes en 30 ans), avec ces projets les croqueurs, à leur niveau, agissent en faveur de la biodiversité végétale et animale.

Les mares sont des petites étendues d’eau stagnante de faible profondeur, caractérisées  par l’absence de système de vidange. Contrairement aux étangs, les mares sont donc  des écosystèmes fermés, où l’eau n’a d’autre échappatoire que l’évaporation ou  l’infiltration.

  Si certaines d’entre-elles sont naturelles, la plupart ont été créées par l’Homme afin de répondre à ses besoins. Leur grande variété témoigne de leurs multiples fonctions  (épuration et stockage des eaux, abreuvage du bétail…).

  A l’interface entre l’aquatique et le terrestre, les mares recèlent une richesse écologique exceptionnelle. Elles sont des lieux de vie et de reproduction pour une  flore et une faune diversifiées, abondantes et souvent rares.

  Les mares constituent un patrimoine fragile et menacé. Victimes de la modernisation  de notre mode de vie, la majorité ont perdu leur utilité d’autrefois et sont aujourd’hui  oubliées, polluées voire comblées ; en France, on estime que plus de 50 % des mares ont  disparu depuis 1950 !

Dès qu’une mare est créée, elle peut être assez rapidement colonisée par des plantes et/ou des animaux. La présence de l’eau favorise l’installation des êtres vivants, les plus visibles étant les plantes. Les animaux se superposent à la végétation en place ; ils y trouvent : nourriture, défense contre les prédateurs et les variations climatiques, lieu de reproduction, abri. L’eau et la présence de végétaux attirent les animaux ; ils viennent s’y nourrir, s’y cacher, s’y reproduire.

La végétation : elle est utilisée comme abri contre les prédateurs par de nombreuses espèces et également comme lieu de reproduction, les feuilles et les tiges permettant d’accrocher les pontes pour des poissons, des insectes, les amphibiens…

Le fond : vaseux ou limoneux, pourvu de débris végétaux, abrite les détritivores et sert parfois d’abri (enfouissement) et de lieu de chasse.

Travaux dans le nouveau verger de la peronnière

Appel à volontaire le Mercredi 23 Janvier pour continuer la mise en place des nouveaux arbres avec la pose de tuteurs, protections, la mise en place de BRF…venez avec vos outils : pelles, brouette, scie, hache…
Si vous êtes disponible vous pouvez nous rejoindre le matin à 9h ou/et  l’après-midi à 14h.
MERCI

Plantation des premiers arbres sur le futur verger :  mercredi 19 décembre   

Plantation des premiers arbres sur le nouveau verger de la Peronnière

Publié le 20 décembre 2018 par croqueur1

Mardi après midi et mercredi, plusieurs équipes se sont remplacées (certains ont fait les 3 postes, Bravo !) pour planter les premiers arbres dans le nouveau verger

Mercredi les conditions climatiques ne nous étaient pas favorables, avec des pluies, tout le matin, et une terre collante qui alourdissait les outils, les chaussures …… mais nous avons gardé le moral.

C’est une soixantaine d’arbres qui ont été plantés, ceux qui étaient dans une pépinière chez Guy depuis plus d’un an. Les autres, de la pépinière sur place en bas du verger, qui ont été greffés à l’écusson cet été, seront plantés l’an prochain.

Nous avons commencé la plantation de la partie en permaculture en alternant les variétés : pommier, poiriers, abricotiers , féviers pour l’apport d’azote…. et chaque variété de pommier et poirier plantée dans cet espace est également plantée en « traditionnel » afin de pouvoir aussi comparer les développements, productions, avec deux techniques, philosophies différentes.

Et en fin de journée, mardi et mercredi, Michèle arrivait avec ses fruits déguisés et de quoi nous désaltérer : bière, kéfir, jus de pommes avec eau chaude (très bon quand il fait froid, l’eau chaude fait bien ressortir les parfums du jus de pommes)…

Merci Michèle, et à vous tous qui avez su braver les conditions climatiques.

Vous pouvez participer au chantier, si vous le souhaitez, vous serez les bienvenus ………. avec vos outils de travail    (pelle, brouette, grappin….). 

Vous pouvez nous rejoindre, soit le matin à partir de 8 h 30, soit l’après midi dès 14 h 00.
Une première équipe est souhaitable le mardi 18 décembre pour préparer les plantations : rendez vous à 14 h 00.

Michel Serre (07 86 06 79 02) et Guy Chataignon (04 77 06 08 43) sont à votre disposition pour plus de renseignements.


 Ce  week-end (du 26 au 28 octobre 2018) était un week-end de grands travaux au verger de la Péronnière (La Grand-croix). En effet, nous avions loué une mini pelle pour effectuer des travaux lourds sur notre futur verger.

  Tout le week-end (de vendredi midi à Dimanche soir et du lever au coucher du soleil), 2 adhérents se sont relayés pour effectuer les travaux sur les vergers (l’ancien de cerisiers et le futur verger) parfois sous la pluie, souvent dans le froid: un immense MERCI à Michel Serre et Laurent Guilhot qui ont conduit la mini pelle et réalisé plus de travaux que ce que nous avions initialement programmés.   BRAVO les gars ! ! !

  Tout a commencé Vendredi matin avec le traçage à la chaux de l’emplacement des arbres dans le futur verger sous les conseils de Guy Chataignon.   Nous voulions réaliser des trous assez profonds pour  planter les arbres  greffés l’an dernier, actuellement chez Guy, et qui sont plutôt dédiés à la partie qui sera conduite en permaculture au centre du verger. Les autres arbres n’ont été greffés en écusson que cet été, ils seront plantés dans 1 an.

Nous avions également de nombreux cerisiers « morts » dans le  verger, il n’y avait plus que des troncs secs peu esthétiques, et nous voulions les déraciner (cet été Thierry Vial a récupéré des greffons pour sauver certaines variétés en grand danger, celles dont  2 arbres sur trois avaient déjà disparus).

La mini-pelle (louée pour le week end) arrivant vendredi  à 11h, nous avons pu commencer les travaux avec une demi-journée d’avance et ces sont une soixantaine de trous qui ont été creusés pour accueillir les futurs arbres. Nous avons, également, déraciné une quarantaine de cerisiers morts et avons, aussi, déplacés quelques pruniers épars sur le haut du verger.

Une butte sur le haut du futur verger a également été aplanie.

                                                                            Le Président en pleine action de marquage !!

Un nettoyage du verger de cerisiers, en déracinant les nombreux         arbres morts (une quarantaine) a également été fait. Ce sont de tristes photos, mais nous allons quand même planter plus d’arbres que nous n’en enlèverons. C’est aussi tout l’intérêt d’investir dans un nouveau verger en préparant le terrain et en sélectionnant des portes greffes plus résistants.
Les dérèglements climatiques ont un impact certains sur nos vergers, tous les ans des arbres sèchent et meurent  avec une forte accélération depuis 3 ans.

 

Trous faits, avec la mini-pelle, pour planter les futurs arbres.

 

 

 


 

En Août, travaux d’été dans le verger :

L’été a été chaud, très chaud sur les coteaux de la Grand’Croix, nous avons dû installer une réserve d’eau pour arroser la pépinière où sont plantés les portes greffes du futur verger.

    

Le 4 Aout, une première séance de greffe à l’écusson des poiriers sélectionnés pour le futur verger a été réalisée. 130 poiriers ont ainsi été greffés (80 sur Farold et 50 sur Franc)


Le 10 Aout une petite équipe a continué la greffe sur les pommiers: 111 pommiers ont ainsi été greffés (97 sur Doucin EM2 et 24 sur Franc)

Les étapes de la greffe en écusson à oeil dormant :

  • Récupérer un greffon sur une variété que  l’on souhaite reproduire
  • Prendre une branche avec des bourgeons très légèrement développés.
  • Couper une partie du pétiole pour n’en garder qu’une toute petite extrémité.
  • Prélever le greffon.
  • Greffer sur un pôrte greffe qui a été arrosé la semaine précèdant la greffe si il fait chaud (cela fait circuler la seve et facilite le décollement de l’écorce)
  • Faire une fente dans le sens de la largeur puis dans le sens de la largeur sur 2 à 3 cm max.
  • Ouvrir l’écorce : elle doit s’ouvrir facilement.
  • Glisser le greffon à l’intérieur.
  • Couper le petit bout qui dépasse de l’écorce.
  • Utiliser un raphia humide, un élastique, un film plastique.. pour enfermer hermétiquement le greffon tout en dégageant l’oeil.
  • Au bout de quelques semaines quand le pétiole sera jaune et tombera en principe votre greffon sera reparti.

Petite vidéo du Verger Conservatoire Régional Nord Pas de Calais sur la greffe en écusson.

https://www.youtube.com/watch?v=YMwz8W9zve4


Travaux dans le verger :

Le week end du 19-20 mai 2018, nous avons terminé le nettoyage du verger de la Péronnière et, installé des pièges pour lutter contre les parasites des cerisiers.


Nous testons 3 types de pièges : la pulvérisation d’argile sur les fruits, des pièges alimentaires et des pièges chromatiques jaunes contre la mouche de la cerise.
Nous réalisons donc, un test pour voir l’efficacité de ces 3 techniques.

Le tout en album photos :

On termine le nettoyage : coupe des branches mortes et suppression des nombreux rejets qui poussent au pied des pruniers

Merci aux volontaires qui nous ont rejoints

Pose des pièges jaunes chromatiques

Les plaques engluées jaunes attirent la majorité des insectes dont mouches, aleurodes, mineuses, noctuelles, pucerons… ces pièges chromatiques permettent d’attirer et capturer les insectes ravageurs, mais ils permettent aussi leur identification, leur suivi, et le contrôle des populations d’insectes dans les cultures.

Comment ça marche ?
Les insectes, attirés par la couleur, sont retenus par la glue des pièges chromatiques . Ce piège risque-t-il d’attraper aussi les abeilles? Non, il n’y a aucun risques fréquences lumineuses émises par la couleur jaune des plaques engluées sont étudiées pour attirer exclusivement les ravageurs des plantes. Il s’agit d’une gamme de fréquences spécifique qui attire principalement les aleurodes, les diptères (c’est-à-dire les mouches, en particulier les mouches mineuses et pucerons.
Les abeilles n’ont pas le même système de vision et sont attirées par d’autres nuances de jaune (plus proches des Ultraviolets que des Infrarouges). Ces nuances ne sont pas perceptibles par l’œil humain. Les plaques engluées n’attirent donc pas les abeilles (les très rares captures seraient dues à un vol maladroit d’une abeille !)

Mouche de la cerise (Rhagoletis cerasi)

Les mouches adultes volent de fin mai à juillet. La période d’activité de ce ravageur est strictement inféodée au passage du fruit vert et dur, vers un stade coloré et plus tendre. Les mouches adultes colonisent donc progressivement les différentes variétés de cerisiers en fonction de l’arrivée à maturité des fruits. L’espèce passe ensuite l’hiver sous forme de pupes dans le sol qui peuvent y rester de 1 à 3 années. Les œufs sont pondus 10 à 15 jours après les premières captures d’adultes. Les dégâts varient d’une année à l’autre mais sont plus importants lorsque les températures sont élevées en juin et juillet pendant la période de ponte. Les fruits attaqués présentent un petit asticot (désagréable en bouche) et finissent par pourrir.

Pour en savoir  plus sur la mouche de la cerise :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Mouche_de_la_cerise

      

Pose des pièges alimentaires

Ce sont des pièges rouges, spécifiques pour la capture de Drosophila suzukii.
L’appât alimentaire, dans le bocal est constitué d’un mélange de vinaigre de cidre de pomme (3/4) avec du vin rouge (1/4) auquel on ajoute une cuillère de mélasse.
C’est un adaptateur que l’on pose sur un bocal (dans lequel on met l’appat)  qui possède un entonnoir d’accès spécialement modifié pour la capture sélective  de la mouche et pour empêcher l’entrée dans le piège d’autres types d’insectes, il permet donc aussi de contrôler la présence et la quantité de mouches   Drosophila suzukii.
C’est une solution écologique qui respecte l’environnement et la santé et qui est utile pour la défense des vergers.
Le bocal est ensuite suspendu dans le cerisier au moment de la véraison des fruits (passage du vert aux couleurs de maturité)

Pour en savoir plus sur drosophila suzukii : https://fr.wikipedia.org/wiki/Drosophila_suzukii

   

Pulvérisation d’argile (kaolinite calciné)

L’argile pulvérisée forme un écran de protection 100% naturelle contre les ravageurs.
Appliquée de façon préventive, elle forme une barrière physique minérale qui va gêner la ponte et la prise de nourriture. Elle est efficace contre les attaques de nombreux ravageurs comme la mouche de la cerise, la mouche de l’olive, le psylle du poirier mais, également les pucerons et divers papillons dont, le carpocapse de la pomme. Sa structure particulière et sa présentation sous la forme d’une poudre blanche la rendent totalement miscible dans l’eau. Une fois diluée, elle s’utilise en pulvérisation sur les  arbres fruitiers.

       

Et en fin de matinée une bonne fée nous apporte de quoi nous désaltérer

Venez découvrir tout cela le 9 Juin :
                   INVITATION à une journée autour de la Cerise sur notre verger conservatoire
de la Péronnière à La Grand ’Croix  

SAMEDI 9 JUIN 2018, à partir de 10h30

Programme :

Matin : Présentation de l’association des croqueurs de pommes du Terroir du Jarez et de notre projet de nouveau verger conservatoire et pédagogique.
Midi : Apéritif offert par les croqueurs puis, pique-nique avec  repas tiré du sac, sous les cerisiers.
Apres midi : Ateliers par groupe :
– la cerise sous toutes ses formes
– lutte contre les parasites, ce que nous testons cette année
– le projet de futur verger (nous serons sur place) et visite de la pépinière de portes greffes.

Déambulation dans le verger, dégustation libre de cerises.

René POMMIER

 

______________________________________________________________

Samedi 12 Mai, grand nettoyage au verger de la Grand’Croix

En cette semaine de ponts nous n’étions pas très nombreux samedi, mais le soleil, la bonne humeur et la convivialité était là et c’est le principal. Nous n’avons pas totalement terminé, il reste quelques arbres à déraciner (et oui de trop nombreux cerisiers sont morts dans ce verger) et des pièges à insectes à poser.

________________________________________________________

Bonne nouvelle ! Pour ceux qui ont participé  à nos ateliers de greffe à la Péronnière … la plupart des greffes semblent avoir prise.

       

___________________________________________________________

Point sur le futur verger de La Péronnière: avancement des travaux

Les arbres ont été coupés pendant l’été 2017, et la parcelle, d’environ 8000m², a été nettoyée en Novembre 2017.

       

      

En Février, une pépinière a été créée en bas du terrain pour planter les portes greffes de futures variétés de pommiers et poiriers.

Les pommiers seront greffés sur doucin (M2), sur MM106 ou sur francs fonction de leur destination (M2 sur le bas du terrain, MM106 pour la partie en permaculture et franc sur le haut du terrain), les poiriers sur Farold et francs.

Cette pépinière vient en complément de celle déjà plantée en 2017 chez Guy, à They, et, où sont déjà disponibles, en double exemplaires, les variétés suivantes :
Pommiers sur EM2 : Germaine, Cannelle jaune, Nationale, Martel, Reinette grise (ancienne), Reinette d’Angleterre, Reinette du Mans, Double Rose, Cusset, Platette, Vierge du Pilat, Transparente de Croncels, Grand Alexandre, Calville rouge d’hiver, Calville d’Oullins, Calville du Mont d’Or.
Pommiers sur MM106 : Reinette grand’mère, Transparente blanche, Coing du Rhône, Belle Joséphine, Croque de l’Ain, Kandil Sinap.
Poiriers sur cognassier : Cuisse dame, Précoce de Trévoux, Ferdinand Gaillard.

Compte tenu de la surface et de l’espacement de 5 mètres entre 2 arbres ou 2 rangées, nous devrions pouvoir planter 200 arbres.

      

Le terrain a été aplani et les arbres poussent dans la seconde pépinière.

  

Fin avril, le terrain a été à nouveau aplani avec une herse et quelques bras, puis ensemencé.
Nous avons semé un mélange : phacélie, trèfle, ray-grass, fétuque, dactyle … + de l’avoine, avec des tiges plus hautes pour apporter de l’ombre cet été à la nouvelle prairie.

      

 


Zoom sur le verger de cerisiers de la Grand’Croix (Photos de ce week end 21-22 avril 2018)

Les fleurs sont déjà flétries sur la plupart des arbres, seules quelques variétés sont encore en fleurs

  

La transformation du fruit a déjà commencé sur certaines variétés.

 


En souvenir d’une matinée d’avril 2018, où les semailles ont suivi la préparation du terrain à la herse, avec, notamment Bernard et Michel et Albert.


dernières nouvelles…………

Nous avons acquis une herse qui sera bien utile pour mettre en forme le nouveau verger.
A ce jour, les traitements ont été faits dans les 3 vergers (huile blanche et bouillie bordelaise).
Les portes greffe ont été plantés dans la pépinière, en contrebas du futur verger.

Ce mercredi 11 avril est prévu un chantier à Grand croix, passage de la herse et semailles.
Si vous êtes disponible, rendez vous sur place à partir de 9 h.

La toute nouvelle pépinière, avec déjà quelques boutures, bien parties.